Corot et ses modèles, au Musée Marmottan

Musée Marmottan-Monet, Paris
jusqu'au 8 juillet 2018

Portraits méconnus
Connu avant tout pour ses paysages et ses études sur le motif qui ouvrent la voie à la modernité des impressionnistes, Camille Corot fut aussi un peintre de figures. Le maître, cependant, garda cette partie de sa production dans le secret de son atelier ; c’est à peine si ses œuvres se diffusèrent, de son vivant, auprès de quelques amis, marchands ou collectionneurs.

Partie la plus intime de la production de cet artiste mondialement célébré pour ses paysages, l’exposition propose de découvrir les portraits qu’il fit de ses proches, et surtout le secret de son atelier où posèrent les modèles les plus fameux de l’époque, les mêmes que Manet ou Degas. C’est avec ses figures, plus qu’avec ses paysages qu’autour de 1850-60, il entre en dialogue avec ces derniers. 

Jean-Baptiste Camille Corot, Femme à la perle, vers 1868-1870

Jean-Baptiste Camille Corot, Liseuse couronnée de fleurs ou La Muse de Virgile, 1845

Jean-Baptiste Camille Corot, Le Repos, dit aussi Bacchante au tambourin, 1860

Jean-Baptiste Camille Corot, L’Atelier de l’artiste, vers 1868

 

Musée Marmottan Monet 
2, rue Louis-Boilly - 75016 Paris
Metro : La Muette (L9), Boulainvilliers (RER C)
www.marmottan.fr

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu'à 21h
Fermé le lundi et les 25 décembre, 1er janvier, 1er mai

Entrée 11€ - Tarif réduit 7,50€: Moins de 18 ans, chômeurs, minima sociaux
Gratuit : Moins de 7 ans, handicapés

Abonnement Chroniques

Recevez chaque mois nos dernières Chroniques d'expositions et d'actualités artistiques...

Derniers jours...

  • Baselitz à la Fondation Beyeler
    Baselitz à la Fondation Beyeler

    Fondation Beyeler, Bâle
    jusqu'au 29 avril 2018

    Figuration excentrique
    Georg Baselitz (1938) compte parmi les artistes les plus remarquables de notre temps. Il est considéré comme l’inventeur d’un langage iconographique figuratif qui s’appuie sur un riche répertoire d’éléments stylistiques. Des œuvres poignantes issues de toutes les périodes créatrices de l’artiste et exposées à l’occasion de la rétrospective révèlent toute la richesse significative et stylistique de sa production artistique. 

  • Impressionnistes en exil, à la Tate Britain
    Impressionnistes en exil, à la Tate Britain

    Tate Britain, Londres
    jusqu'au 7 mai 2018

    Art en exil
    Dans les années 1870, la France est dévastée par la guerre franco-prussienne et l'insurrection à Paris, ce qui pousse les artistes à se réfugier à l'autre bout de la Manche. Leurs expériences à Londres et les amitiés qui se sont développées ont non seulement influencé leur propre travail mais ont également contribué à la scène artistique britannique.

  • 1789-1914 : Les Hollandais à Paris, au Petit-Palais
    1789-1914 : Les Hollandais à Paris, au Petit-Palais

    Petit-Palais, Paris
    jusqu'au 13 mai 2018

    Emigration et échanges
    De 1789 à 1914, plus d’un millier d’artistes hollandais se rendent en France, attirés par la Ville-Lumière et le dynamisme de sa vie artistique. Paris est en effet la destination prisée de nombre d’artistes du monde entier. Elle attire par les multiples possibilités qu’elle offre : son enseignement, les opportunités de carrière, la richesse de ses musées et un marché de l’art en plein essor.