Fautrier : matière et lumière, au MAM

Musée d'Art Moderne de Paris,
jusqu'au 20 mai 2018

Retrospective attendue
Artiste peu exposé au parcours solitaire, Jean Fautrier (1898-1964), est aujourd’hui considéré comme une figure majeure du renouvellement de l’art moderne après le cubisme et le plus important précurseur de l’art informel dès 1928, inventeur notamment des hautes pâtes en 1940.

La carrière de peintre de Fautrier débute dès 1920. Sa peinture, alors figurative, est constituée de natures mortes, paysages et nus qui vont d’un réalisme cru à une représentation faite d’une lumière sombre aux formes presque abstraites. Après une brève reconnaissance, la crise économique de 1929 a finalement raison de sa carrière d’artiste. Contraint à quitter Paris, il s’installe en 1936 dans les Alpes où il vivra plusieurs années. 
De retour à Paris en 1940, il retrouve et rencontre des écrivains tels qu’André Malraux, Francis Ponge, Paul Éluard, Georges Bataille et surtout Jean Paulhan qui sera son plus fervent défenseur. Pendant les années de guerre, il développe une nouvelle forme de l’image dans laquelle la matière prend de plus en plus d’importance dans la représentation des objets, des paysages ou des corps.
Dans ses célèbres séries - Otages (1943-1945), Objets (1955), Nus (1956), Partisans (1957) - les effets de matière deviennent le sujet principal de l’œuvre. Jean Fautrier utilise une peinture à la colle qui mêle les masses de pigments aux encres transparentes ou opaques, d’où émergent des harmonies recherchées et lumineuses, créant ainsi des empâtements et des textures variés provoquant une certaine angoisse.
En 1960, il est célébré à la Biennale de Venise avec le Grand prix de peinture qu’il partage avec Hans Hartung. Fautrier meurt durant l’été 1964, peu après sa première rétrospective au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris.

Cette retrospective vient près de trente ans après la précédente. Elle est composée d’environ 200 œuvres - dont près de 160 tableaux, dessins et gravures, ainsi qu’un important ensemble de sculptures - issues de nombreuses collections publiques et privées, françaises et étrangères.


Jean FAUTRIER, Les trois têtes, vers 1954 ©Adagp

Jean FAUTRIER, La Jolie Fille, 1944 ©Adagp

Jean FAUTRIER, Poires dans une vasque, 1938 ©Adagp

Jean FAUTRIER, Le Grand Sanglier noir, 1926 ©Adagp


Musée d'Art Moderne
11, avenue du President-Wilson - 75016 Paris
Metro : Alma-Marceau (L9)
www.mam.paris.fr

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, nocturne jeudi jusqu'à 22h.
Fermé le lundi

Entrée 12€ - Tarif réduit 10€ : 18 à 26 ans, enseignants
Gratuité : moins de 18 ans, étudiants, chômeurs, minima sociaux

Abonnement Chroniques

Ne manquez pas une exposition, un événement artistique intéressant… Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque mois les nouvelles Chroniques et Actualités POZOR des expositions et événements que nous aimons à Paris...

Derniers jours...

  • Degas Danse Dessin à Orsay
    Degas Danse Dessin à Orsay

    Musée d'Orsay,
    jusqu'
    au 25 février 2018

    Poésie picturale
    A l'occasion du centenaire de sa mort, le musée d'Orsay rend hommage à Edgar Degas (1834-1917) avec une exposition dont le fil conducteur est l'ouvrage méconnu de l’écrivain, poète et penseur Paul Valéry (1871-1945). L'amitié de plus de vingt ans de Degas et de Valéry a, en effet, donné lieu à un texte publié en 1937, Degas Danse Dessin. Tout à la fois intime et universel, il offre une évocation poétique et fragmentaire de la personnalité du peintre et de son art, et comme une méditation sur la création.

  • Antoni Clavé, estampes à la BNF
    Antoni Clavé, estampes à la BNF

    BnF François Mitterand,
    jusqu'au 25 février 2018

    Inclassable
    Antoni Clavé fait partie des peintres graveurs du XXe siècle qui, comme Pablo Picasso, Joan Miró, ont trouvé dans la gravure une pratique complémentaire indispensable à la peinture. Ses gravures d’illustration et estampes originales créées dès la fin des années 1930 jusqu’à l’orée des années 2000 constituent un ensemble d’une grande richesse technique et stylistique.

  • EvazéSir à la GaleRue Cascades
    EvazéSir à la GaleRue Cascades

    GaleRue Cascades, 
    jusqu'à fin février 2018

    Street-Art vivant
    Pour cette 5e édition, le duo de street-artistes EvazéSir fera découvrir son style combinant pochoirs, collages et peinture, à travers une nouvelle composition grand format mêlant avec humour et imagerie populaire à l'ancienne, questionnant leur rôle dans la société actuelle.