Rencontre Monet-Auburtin, à Giverny

Musée des impressionnismes, Giverny
jusqu'au 14 juillet 2019

Comparaison impressionniste
À l’occasion des dix ans de son ouverture au public, le musée des impressionnismes Giverny a choisi de célébrer l’œuvre de Claude Monet (1840-1926), en la faisant dialoguer avec celle du peintre Jean Francis Auburtin (1866-1930). Réunissant un ensemble important de peintures et dessins d’Auburtin, ainsi que plusieurs œuvres de Monet parmi les plus remarquables, l’exposition propose de montrer deux regards différents portés sur les mêmes paysages…

Près d'un quart de siècle les sépare et, à première vue, rien de commun entre leurs trajectoires. Fils d’un agent maritime, Monet a grandi au Havre au sein d’une bourgeoisie commerçante tandis qu’Auburtin appartient à un milieu d’architectes fortement influencé par la culture grecque. La formation académique de Monet se réduit à un court passage par l’atelier de Charles Gleyre, sa préférence allant bien vite à la peinture de paysage en plein air. Auburtin, de son côté, entre à l’École des beaux-arts de Paris en 1888. Mais s’il suit le parcours académique d’un peintre d’histoire, il se révèle être aussi un grand peintre de paysages.

Touché par l’œuvre de Monet, régulièrement exposée à Paris vers 1889-1890, il s'initie à la peinture sur le motif. Entre impressionnisme, synthétisme, japonisme et symbolisme, Auburtin construit son œuvre dans un dialogue constant avec la nature. Tout comme son aîné avant lui, il pose son chevalet sur les rivages escarpés de Bretagne, de Normandie et de la côte méditerranéenne, là où ciel, terre et mer se rejoignent. Auburtin s’attache moins à rendre les modulations atmosphériques et lumineuses chères à Monet et préfère une construction solide, l’étagement des roches et le théâtre imposant de la nature. Si sa démarche rejoint celle de Monet, son œuvre aspire davantage à fixer la pérennité des éléments et à dévoiler l’état du monde à son commencement.


Jean Francis Auburtin - Madame Auburtin au bord de la mer, vers 1895

Claude Monet - L’Aiguille et la Falaise d’Aval, 1885

Jean Francis Auburtin - L’Aiguille d’Étretat, ciel rouge, vers 1898-1900

Claude Monet - Au cap d’Antibes, 1888

Jean Francis Auburtin - Cap des Mèdes (Porquerolles), 1896

Musée des Impressionnismes 
99 rue Claude Monet - 27620 Giverny
A13/A14 Sortie Vernon, suivre Giverny
www.mdig.fr

Ouvert du 24 mars au 5 novembre, tous les jours de 10h à 18h

Entrée : 7,50€ - 12-17 ans et étudiants : 5€ - 7-11ans et handicapés : 3,50€
Gratuit : moins de 7 ans 

Abonnement aux Chroniques d'Expos

Recevez chaque mois nos dernières Chroniques d'expositions à Paris et en province...

Exposition à la une…

Derniers jours...

  • Les Nabis et le décor, au Musée du Luxembourg
    Les Nabis et le décor, au Musée du Luxembourg

    Musée du Luxembourg, Paris
    jusqu'au 30 juin 2019

    Beau quotidien
    Pionniers du décor moderne, Bonnard, Vuillard, Maurice Denis, Sérusier, Ranson, ont défendu un art en lien direct avec la vie, imposant le beau dans le quotidien. Dès la formation du groupe des Nabis, à la fin des années 1880, la question du décoratif s’impose comme un principe fondamental. Ils prônent alors une expression originale, joyeuse et rythmée, en réaction contre l’esthétique du pastiche qui est en vogue à l'époque…

  • Déclarations de Sebastião Salgado, au Musée de l'Homme
    Déclarations de Sebastião Salgado, au Musée de l'Homme

    Musée de l'Homme, Paris
    jusqu'au 30 juin 2019

    Regard humaniste actuel
    Pour commencer la Saison "En droits", le grand photographe humaniste franco-brésilein Sebastião Salgado raconte l’histoire des droits de l’Homme telle qu’il l’a ressentie tout au long de ses 40 ans de carrière de photographe d'agences de Presse dans une vingtaine de pays…

  • Art et utopie Rouge, au Grand-Palais
    Art et utopie Rouge, au Grand-Palais

    Grand-Palais, Paris
    jusqu'au 1er juillet 2019

    Art Productiviste
    De 1917 et la révolution d’Octobre, en passant par les années 1920, marquées par un grand nombre de propositions d’avant-garde, et les années 1930 qui voient l’affirmation d’un dogme esthétique, jusqu'en 1953, année de la mort de Staline, cette grande exposition interroge la manière dont le projet de société communiste a engendré des formes d’art spécifiques…