Peintures des lointains au Quai Branly

Musée du Quai Branly, Paris
jusqu'au 6 janvier 2019

Regards de découverte
Des portraits d’Amérindiens de George Catlin aux scènes de vie quotidienne du Caire d’Émile Bernard, en passant par les estampes et dessins de Tahiti signés Henri Matisse ou Paul Gauguin...C’est un voyage aux destinations multiples que propose à travers cette exposition le musée du quai Branly, en présentant pour la première fois sa collection de peintures.

Au-delà de l’aspect historiographique, cette collection permet aussi d’explorer la thématique du regard sur l’autre, et en l’occurrence de l’homme européen sur le vaste monde à l’heure des grandes expéditions. Face à l’étranger et à l’inconnu, les artistes occidentaux expriment sensations, émotions et points de vues variés. Nées d’initiatives individuelles ou exécutées sur commande, leurs créations retranscrivent la mutation du regard porté en Occident sur les peuples, sociétés et territoires plus ou moins lointains, sans occulter la part de stéréotypes et de racisme.
Face au choix d’un monde qui lui ouvre ses portes, l’art occidental emprunte différentes voies : cédant d’abord à la tentation de l’exotisme – où l’exaltation de la couleur et de la lumière sert les rêves d’un Orient de luxe et de volupté – il figurera par la suite un regard plus réaliste, ethnographique, attentif à l’autre.

Le Flamboyant, Martinique, Jean Dunand, 1930

Baie d’Along, Lucien Lièvre,  n des années 1920 – début des années 1930

Fernand Lantoine - Duco Sangharé (Peule)

Jules Ferry recevant les délégués des colonies, Frédéric Regamey (1849 – 1925), 1892

Musée du Quai Branly 
37, quai Branly - 75007 Paris
Metro Pont de l'Alma (RER C)
www.quaibranly.fr

Ouvert de Mardi, mercredi, dimanche, de 11h à 19h et jeudi à samedi, de 11h à 21h
Fermé le lundi

Entrée 10€ - Tarif Réduit 7€

Abonnement Actualités et Chroniques d'Expos

Recevez régulièrement nos Actualités ou nos dernières Chroniques d'expositions à Paris et en province...

Derniers jours...

  • Kupka, pionnier de l'abstraction au Grand-Palais
    Kupka, pionnier de l'abstraction au Grand-Palais

    Grand-Palais, Paris
    jusqu'au 30 juillet 2018

    Du Symbolisme à l'Abstraction
    Première rétrospective, depuis celle de 1989 au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, cette exposition couvre l’ensemble de l’œuvre de František Kupka (1871-1957), artiste enraciné dans sa Bohême natale, formé dans la Vienne fin de siècle et dans le Paris des avant-gardes, de ses débuts marqués par le symbolisme jusqu’à ses dernières réalisations dans les années cinquante, et conduit à une nouvelle approche de deux courants majeurs des XIXe et XXe siècles, le symbolisme et l’abstraction, dont Kupka fut l’un des principaux acteurs.

  • Caro & Jeunet, à la Halle St-Pierre
    Caro & Jeunet, à la Halle St-Pierre

    Halle St-Pierre, Paris
    jusqu'au 31 juillet 2018

    Evidente invitation
    Caro & Jeunet à la Halle Saint Pierre comme une évidence. il y a bien sûr Montmartre indissociable des pérégrinations sentimentales d’Amélie Poulain, il y a aussi Alien la créature bio-mécanique du dessinateur H.R. Giger à qui la Halle consacra une rétrospective en 2005. Il y a encore des artistes emblématiques de la Halle Saint Pierre que Jeunet découvrit au fil de notre programmation : l’electromécanomaniaque Gilbert Peyre et son esthétique foraine, Ronan-Jim Sevellec et ses cabinets de curiosités miniature à l’élégance fanée, ou encore Jéphan de Villiers et son petit peuple imaginaire nostalgique des civilisations perdues.

  • L'Abstraction américaine et le dernier Monet à l'Orangerie
    L'Abstraction américaine et le dernier Monet à l'Orangerie

    Musée de l'Orangerie, Paris
    jusqu'au 20 août 2018

    Post-Nymphéas
    En 1955, Alfred Barr fait entrer au Museum of Modern Art de New York un grand panneau des Nymphéas de Monet. La réception du dernier Monet s’opère alors en résonnance avec la consécration de l’expressionnisme abstrait américain. Le panneau des Nymphéas du MoMA est reproduit dans l’ouvrage Mainstreams of Modern Art de John Canaday en vis-à-vis du tableau de Pollock, Autumn Rythm (number 30) ; Monet y est présenté comme « une passerelle entre le naturalisme du début de l’impressionnisme et l’école contemporaine d’abstraction la plus poussée. »