Ossip Zadkine, L’instinct de la matière au Musée Zadkine

Musée Zadkine, Paris
jusqu'au 10 février 2019

Matière primaire
Pour le grand sculpteur cubiste d'origine russe Ossip Zadkine (1888-1967), la matière est toujours « première ». Il sait, il sent qu’elle est porteuse d’une vocation formelle. Cette exposition du Musée Zadkine retrouve ce lien intime à la matière primordiale, aux formes en gestation, les veines et les nodosités du bois, la densité et les particules de la roche, la fluidité de l’encre ou de la gouache...

Inductives, les matières sont riches d’une dynamique, d’une poussée que le geste du tailleur ou la main du dessinateur doit capter en retour.
« Du dialogue avec la matière nait le geste de l’homme », confiait Zadkine à Pierre Cabane (Arts, 1960). L’authenticité de la création plastique passe par ce rapport de correspondance avec la matière que Zadkine n’aura de cesse d’éprouver.

L'exposition Ossip Zadkine, l’instinct de la matière permet d’appréhender le dialogue organique de Zadkine avec différents matériaux qui deviennent pour lui des « puissances formelles ». Inédite, l’approche proposée souligne la richesse plastique et la force intérieure d’une œuvre attachée à préserver la nécessité vitale du lien de l’homme à la nature. Ce faisant, elle renouvelle notre regard sur l’artiste, sur la singularité de sa relation aux modernismes du XXe siècle.

Ossip Zadkine - Le sculpteur, 1922-1949

Ossip Zadkine - Odalisque ou Bayadère, 1932

Ossip Zadkine - Do remember me, 1913

Ossip Zadkine taillant le bois de Rebecca ou La grande porteuse d’eau, dans son atelier de la rue d’Assas. Photographie anonyme, vers 1927

 

Musée Zadkine 
100bis rue d'Assas - 75006 Paris
Metro Notre-Dame des Champs (L12), Vavin (L4)
www.zadkine.paris.fr

Ouvert de mardi à dimanche de 10h à 18h
Fermé lundi et certains jours fériés

Entrée 7€ - Tarif Réduit 5€ : 18 à 26 ans
Gratuit : moins de 18 ans, handicapés, chômeurs, minima sociaux

Abonnement Actualités et Chroniques d'Expos

Recevez régulièrement nos Actualités ou nos dernières Chroniques d'expositions à Paris et en province...

Derniers jours...

  • Balthus à la Fondation Beyeler de Bâle
    Balthus à la Fondation Beyeler de Bâle

    Fondation Beyeler, Bâle
    jusqu'au 1er janvier 2019 

    Réalisme controversé
    Dans son travail aux facettes et aux lectures multiples, vénéré par certains et rejeté par d’autres, Balthus, de son vrai nom Balthasar Klossowski de Rola (1908-2001), trace une voie artistique alternative, voire opposée aux courants des avant-gardes modernes et des représentations que l’on peut s’en faire.

  • Willy Ronis au Pavillon Carré de Beaudoin
    Willy Ronis au Pavillon Carré de Beaudoin

    Pavillon Carré de Beaudoin, Paris
    prolongée jusqu'au 2 janvier 2019

    Essentiel de photographe
    Personnage clé de l’histoire de la photographie française, Willy Ronis (1910-2009) est l’une des plus grandes figures de cette photographie dite "humaniste", attachée à capter fraternellement l’essentiel de la vie quotidienne des gens. À partir de 1985, l'artiste se plonge dans son fonds photographique pour sélectionner ce qu’il considère comme l’essentiel de son travail. Il réalise une série de six albums, constituant ainsi son « testament photographique ». Ces albums inédits sont la matrice de cette exposition.

  • Peintures des lointains au Quai Branly
    Peintures des lointains au Quai Branly

    Musée du Quai Branly, Paris
    jusqu'au 6 janvier 2019

    Regards de découverte
    Des portraits d’Amérindiens de George Catlin aux scènes de vie quotidienne du Caire d’Émile Bernard, en passant par les estampes et dessins de Tahiti signés Henri Matisse ou Paul Gauguin...C’est un voyage aux destinations multiples que propose à travers cette exposition le musée du quai Branly, en présentant pour la première fois sa collection de peintures.