Giacometti-Sade, Cruels objets du désir, à l'Institut Giacometti

Institut Giacometti de Paris, 
jusqu'au 9 février 2020 

(Surréalisme sadique) 
Dans les années 1930, le sculpteur Alberto Giacometti (1901-1966) réalise des « objets à fonctionnement symbolique » d’un érotisme violent qui trouvent leur pendant dans les écrits de Sade. Alors que l'artiste rallie, pour un temps, le mouvement surréaliste, l’époque est à la réhabilitation du divin Marquis et de ses écrits sulfureux…

Bien avant de découvrir Sade, le jeune Giacometti dessine des copies d’après des sujets religieux représentant des scènes de violence. A partir de 1929, ses sculptures et ses textes se rapprochent de l’univers sadien. Giacometti a rejoint les membres du cercle surréaliste qui ont contribué à la redécouverte de Sade, d’abord les dissident réunis autour de Bataille, puis le groupe orthodoxe de Breton. Ces artistes ont placé l’imaginaire, les fantasmes et le rêve au cœur de leur programme artistique. Le nom de Sade revient à plusieurs reprises dans ses carnets de l’époque, dans lesquels l’artiste dessine des sculptures à forte charge érotique, schématisant des organes sexuels ou représentant des scènes de voyeurisme ou de prostitution.Formé à la représentation d’après nature, Giacometti privilégie désormais une vision subversive du réel nourrie par l’inconscient et le rêve.
Le nom de Sade, « le plus moderne et dépouillé » revient à plusieurs moments dans les carnets de l’artiste, tiraillé entre la représentation de fantasmes, souvent violents, et le désir de la représentation du réel.

L’exposition présente plus d’une quarantaine de sculptures et dessins de l'artiste. En contrepoint est présentée une vidéo de l’artiste contemporaine Estefania Peñafiel Loaiza qui revisite le film surréaliste Un Chien andalou (1929) de Buñuel et Dalí.


 

Institut Giacometti
5, Rue Victor Schoelcher 75014 Paris
Métro : Raspail ou Denfert-Rochereau (L4, L6)
www.fondation-giacometti.fr

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Fermé lundi, 24, 25 et 26 décembre et 1er janvier

Entrée 8,50€ - Tarif Réduit 5€ : 12-18 ans, étudiants
Gratuit : moins de 10 ans

Abonnement Chroniques et Actualités POZOR

Inscrivez-vous et recevez chaque mois, nos dernières Chroniques d'expositions, ou nos Actualités à venir.

Derniers jours...

  • De Rousseau à Séraphine, les naïfs au Musée Maillol
    De Rousseau à Séraphine, les naïfs au Musée Maillol

    Musée Maillol, Paris, 
    jusqu'au 19 janvier 2020 

    (Grands Naïfs) 
    Issues du monde passionnant, rêveur, insolite et inépuisable des artistes dits « naïfs », appelés à l'époque « primitifs modernes », qui renouvellent la peinture à leur manière, à l’écart des avant-gardes et des académismes…, plus d'une centaine d'œuvres aux couleurs éclatantes livrent un pan souvent négligé de l’histoire de l’art de l’entre-deux guerres…

  • Degas à l'Opéra, au Musée d'Orsay
    Degas à l'Opéra, au Musée d'Orsay

    Musée d'Orsay, Paris, 
    jusqu'
    au 19 janvier 2020 

    (Impressionnisme magnifié) 
    Sur toute sa carrière, de ses débuts dans les années 1860 jusqu'à ses oeuvres ultimes au-delà de 1900, Edgar Degas (1834-1917) a fait de l'Opéra le point central de ses travaux. Il en explore les divers espaces, salle et scène, loges, foyer, salle de danse, s'attache à ceux qui les peuplent, danseuses, chanteurs, musiciens de l'orchestre, spectateurs, abonnés en habit noir hantant les coulisses…

  • Bacon en toutes lettres, au Centre Pompidou
    Bacon en toutes lettres, au Centre Pompidou

    Centre Pompidou, Paris, 
    jusqu'au 20 janvier 2020 

    (Icône britannique) 
    Plus de vingt ans après la dernière retrospective du grand artiste britannique Françis Bacon (1909-1992) au Centre Pompidou, l'exposition "Bacon en toutes lettres" réunit des peintures de 1971 à ses dernières œuvres en 1992 en plaçant la littérature puisée dans la bibliothèque de l'artiste, au cœur de l’exposition…