Chroniques d'expos et d'actualités artistiques

Sélection de grandes expositions et d'événements artistiques du moment,
à Paris et ailleurs, à ne surtout pas manquer ! (encore plus d'actualités live
sur notre Facebook).

Musée des impressionnismes, Giverny
jusqu'au 15 juillet 2018

Ouvertures, soleil levant
L'ouverture commerciale et diplomatique du Japon en 1868 révéla aux artistes occidentaux une esthétique radicalement différente de celle qui leur était enseignée depuis des siècles. Inlassablement réinterprété, le modèle antique régnant sur les arts depuis la Renaissance. L'art japonais propose alors un vocabulaire plastique inédit, qui ne tarda pas à inspirer l'ensemble de la création artistique occidentale.

Centre Pompidou, Paris
jusqu'au 16 juillet 2018

Laboratoire d'Art Moderne
L’année 2018 célèbre le centenaire de Marc Chagall au poste de « commissaire des beaux-arts » de Vitebsk, sa ville natale aujourd'hui en Bielorussie, où il réalisa son projet d'école d’art ouvert à tous entre 1918 et 1922. Parmi les artistes qu’il invite à y enseigner, on trouve les grands protagonistes de l’avant-garde russe, tels Lissitzky et Malévitch et s’ouvre alors une période de fébrilité artistique pendant laquelle l’école se mue en un laboratoire révolutionnaire.

GaleRue Cascades, Paris 20e
jusqu'à fin juin 2018

Art Urbain vivant
Pour cette 6e édition, la Galerue Cascades accueille l'artiste Max TETAR dont le parcours et la personnalité l'ont conduit à développer un code graphique qui lui est propre, intimement lié à ses affinités et à son approche de l'art, située entre la peinture, l'écriture, le tag et les arts premiers.

Espace Culturel François Mitterand, Périgueux
jusqu'au 23 juin 2018

Pop Art singulier
Après six décennies de croissance autonome et clandestine, la pop culture bénéficie aujourd’hui d’une reconnaissance mondiale, devenue un vaste champ d’interprétations, une création globale faite de multiples vocabulaires. HEY! modern art & pop culture, première revue en Europe à explorer ce phénomène sous l’angle artistique s’est dédiée à l’outsider pop.

Grand-Palais, Paris
jusqu'au 30 juillet 2018

Du Symbolisme à l'Abstraction
Première rétrospective, depuis celle de 1989 au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, cette exposition couvre l’ensemble de l’œuvre de František Kupka (1871-1957), artiste enraciné dans sa Bohême natale, formé dans la Vienne fin de siècle et dans le Paris des avant-gardes, de ses débuts marqués par le symbolisme jusqu’à ses dernières réalisations dans les années cinquante, et conduit à une nouvelle approche de deux courants majeurs des XIXe et XXe siècles, le symbolisme et l’abstraction, dont Kupka fut l’un des principaux acteurs.

Musée de la Chasse et de la Nature, Paris
jusqu'au 1er juillet 2018

Mythe revisité
À la demande du musée de la Chasse et de la Nature, Gérard Garouste (né en 1946) s’est intéressé au mythe de Diane et Actéon, l’un des plus beaux qu’ait relatés le poète latin Ovide ; Actéon, chasseur insatiable, s’étant aventuré dans un bois à la recherche de la fraicheur, surprend la déesse Diane alors qu’elle se baigne nue avec ses suivantes. Lui, simple mortel, ose porter un regard de désir sur la divinité qui se venge en lui jetant un sort. Soudain transformé en cerf, il devient la proie de ses propres chiens qui le mettent à mort.

Musée Jacquemart-André, Paris
jusqu'au 23 juillet 2018

Approche franco-américaine
Issue d’une riche famille de banquiers américains d’origine française, Mary Cassatt (1844-1926) a séjourné quelques années en France durant son enfance, puis poursuivi ses études à l’Académie des Beaux-Arts à Pennsylvanie, avant de s’intaller définitivement à Paris. Elle n’a cessé de naviguer entre deux continents. Cette dualité culturelle se répercute sur le style singulier de l’artiste qui a su se frayer un chemin dans le monde masculin de l’art français et réconcilier ces deux univers.

Musée Maillol, Paris
jusqu'au 15 juillet 2018

Rencontre nippone
Tour à tour dandy des Années Folles, peintre perfectionniste, photographe ouvert au monde, artisan magicien du quotidien et illustrateur respectueux des textes, Leonard Foujita (1886-1968), est l’une des figures célèbres de l’Ecole de Paris. Artiste complet, il connaît, se réapproprie et détourne les codes avec beaucoup d’humour et un regard bienveillant à l’égard de tous. 

Musée de Montmartre, Paris
jusqu'au 26 août 2018

Evidente invitation
Le légendaire Bateau-Lavoir à Montmartre, rendu célèbre par Picasso notamment pour y avoir peint Les Demoiselles d’Avignon en 1907, deviendra au début du XXe, le berceau de l’art moderne où se rencontrent et échangent, dans un esprit indépendant, Picasso, Derain, Vlaminck, Matisse, Apollinaire et bien d’autres. Le Montmartre bohême où souffle un vent de liberté révolutionnaire y avait attiré le jeune peintre Kees van Dongen qui y résida de la fin 1905 jusqu’au début 1907.

Centre de la Vieille Charité et MUCEM, Marseille
jusqu'au 24 juin 2018

Itinérances créatives
Hormis ses trajets entre l’Espagne et la France ou ses quelques voyages en Hollande, Italie, Angleterre et Pologne, nul pays plus lointain n’est tamponné sur le passeport de Pablo Picasso. Aux bateaux ou aux avions, le grand artiste préfère le train. Voyageurs, ses amis artistes, poètes et intellectuels sillonnent le monde et lui envoient des cartes postales, qui collectionnées par centaines, constituèrent une source exceptionnelle d’inspiration pour ses œuvres.

Musée Marmottan-Monet, Paris
jusqu'au 8 juillet 2018

Portraits méconnus
Connu avant tout pour ses paysages et ses études sur le motif qui ouvrent la voie à la modernité des impressionnistes, Camille Corot fut aussi un peintre de figures. Le maître, cependant, garda cette partie de sa production dans le secret de son atelier ; c’est à peine si ses œuvres se diffusèrent, de son vivant, auprès de quelques amis, marchands ou collectionneurs.

Petit-Palais, Paris
jusqu'au 13 mai 2018

Emigration et échanges
De 1789 à 1914, plus d’un millier d’artistes hollandais se rendent en France, attirés par la Ville-Lumière et le dynamisme de sa vie artistique. Paris est en effet la destination prisée de nombre d’artistes du monde entier. Elle attire par les multiples possibilités qu’elle offre : son enseignement, les opportunités de carrière, la richesse de ses musées et un marché de l’art en plein essor. 

Musée d'Art Moderne, Paris
jusqu'au 20 mai 2018

Retrospective attendue
Artiste peu exposé au parcours solitaire, Jean Fautrier (1898-1964), est aujourd’hui considéré comme une figure majeure du renouvellement de l’art moderne après le cubisme et le plus important précurseur de l’art informel dès 1928, inventeur notamment des hautes pâtes en 1940.

Musée du Quai Branly, Paris
jusqu'au 6 janvier 2019

Regards de découverte
Des portraits d’Amérindiens de George Catlin aux scènes de vie quotidienne du Caire d’Émile Bernard, en passant par les estampes et dessins de Tahiti signés Henri Matisse ou Paul Gauguin...C’est un voyage aux destinations multiples que propose à travers cette exposition le musée du quai Branly, en présentant pour la première fois sa collection de peintures.

Fondation Beyeler, Bâle
jusqu'au 29 avril 2018

Figuration excentrique
Georg Baselitz (1938) compte parmi les artistes les plus remarquables de notre temps. Il est considéré comme l’inventeur d’un langage iconographique figuratif qui s’appuie sur un riche répertoire d’éléments stylistiques. Des œuvres poignantes issues de toutes les périodes créatrices de l’artiste et exposées à l’occasion de la rétrospective révèlent toute la richesse significative et stylistique de sa production artistique. 

Tate Britain, Londres
jusqu'au 7 mai 2018

Art en exil
Dans les années 1870, la France est dévastée par la guerre franco-prussienne et l'insurrection à Paris, ce qui pousse les artistes à se réfugier à l'autre bout de la Manche. Leurs expériences à Londres et les amitiés qui se sont développées ont non seulement influencé leur propre travail mais ont également contribué à la scène artistique britannique.

Halle St-Pierre, Paris
jusqu'au 31 juillet 2018

Evidente invitation
Caro & Jeunet à la Halle Saint Pierre comme une évidence. il y a bien sûr Montmartre indissociable des pérégrinations sentimentales d’Amélie Poulain, il y a aussi Alien la créature bio-mécanique du dessinateur H.R. Giger à qui la Halle consacra une rétrospective en 2005. Il y a encore des artistes emblématiques de la Halle Saint Pierre que Jeunet découvrit au fil de notre programmation : l’electromécanomaniaque Gilbert Peyre et son esthétique foraine, Ronan-Jim Sevellec et ses cabinets de curiosités miniature à l’élégance fanée, ou encore Jéphan de Villiers et son petit peuple imaginaire nostalgique des civilisations perdues.

Abonnement Chroniques

Recevez chaque mois nos dernières Chroniques d'expositions et d'actualités artistiques...

Derniers jours...

  • Baselitz à la Fondation Beyeler
    Baselitz à la Fondation Beyeler

    Fondation Beyeler, Bâle
    jusqu'au 29 avril 2018

    Figuration excentrique
    Georg Baselitz (1938) compte parmi les artistes les plus remarquables de notre temps. Il est considéré comme l’inventeur d’un langage iconographique figuratif qui s’appuie sur un riche répertoire d’éléments stylistiques. Des œuvres poignantes issues de toutes les périodes créatrices de l’artiste et exposées à l’occasion de la rétrospective révèlent toute la richesse significative et stylistique de sa production artistique. 

  • Impressionnistes en exil, à la Tate Britain
    Impressionnistes en exil, à la Tate Britain

    Tate Britain, Londres
    jusqu'au 7 mai 2018

    Art en exil
    Dans les années 1870, la France est dévastée par la guerre franco-prussienne et l'insurrection à Paris, ce qui pousse les artistes à se réfugier à l'autre bout de la Manche. Leurs expériences à Londres et les amitiés qui se sont développées ont non seulement influencé leur propre travail mais ont également contribué à la scène artistique britannique.

  • 1789-1914 : Les Hollandais à Paris, au Petit-Palais
    1789-1914 : Les Hollandais à Paris, au Petit-Palais

    Petit-Palais, Paris
    jusqu'au 13 mai 2018

    Emigration et échanges
    De 1789 à 1914, plus d’un millier d’artistes hollandais se rendent en France, attirés par la Ville-Lumière et le dynamisme de sa vie artistique. Paris est en effet la destination prisée de nombre d’artistes du monde entier. Elle attire par les multiples possibilités qu’elle offre : son enseignement, les opportunités de carrière, la richesse de ses musées et un marché de l’art en plein essor.